Vue d'ensemble du système agricole et agroalimentaire canadien 2015

Sommaire

Le présent rapport de 2015 donne un aperçu de la situation économique du système agricole et agroalimentaire canadien et contient les plus récentes données disponibles. Ce document de référence polyvalent :

  • présente le système agricole et agroalimentaire dans le contexte de l’économie canadienne et du commerce international;
  • trace un portrait de la composition et de la performance du système et des changements qu’il subit en réaction aux défis, aux possibilités et à l’évolution des marchés.

La première partie du rapport comporte une section spéciale sur les pertes et le gaspillage dans tous les maillons du système agroalimentaire. Le rapport se penche d’abord sur la pertinence du système agricole et agroalimentaire pour l’économie canadienne, établie en fonction de la contribution du système au produit intérieur brut (PIB) et du nombre d’emplois qu’il fournit au Canada.

Il examine ensuite le rendement du secteur sur la scène internationale et la part des importations et exportations agricoles et agroalimentaires qu’il détient par rapport aux autres pays. Il examine également le degré d’innovation dans le secteur de l’agriculture et de l’agroalimentaire, laquelle est essentielle à la capacité du secteur de relever des défis et de tirer profit des possibilités qui s’offrent sur les marchés intérieurs et étrangers en évolution.

Puis, il passe en revue chaque composante du système, c’est-à-dire l’agriculture primaire, le traitement des aliments, les consommateurs et la distribution alimentaire, et se termine par un survol de l’aide gouvernementale au secteur agricole.

Le rapport décrit le système agricole et agroalimentaire canadien comme une chaîne d’approvisionnement moderne, complexe, intégrée et concurrentielle qui revêt une importance pour l’économie canadienne. Il s’agit d’un système dynamique et résilient qui s’adapte sans cesse aux nouvelles demandes des consommateurs, aux progrès technologiques et à la mondialisation.

Points saillants

Section spéciale – Pertes et gaspillage alimentaires dans le système agroalimentaire

  • Environ le tiers des denrées alimentaires mondiales sont perdues ou gaspillées chaque année. Des aliments sont perdus ou gaspillés à tous les niveaux du système agroalimentaire et ce, pour toutes sortes de raisons, allant des insectes ravageurs aux changements climatiques à l'échelon de la ferme, et des problèmes d'infrastructures à l'échelon de la distribution aux décisions prises par les consommateurs au niveau des ménages.
  • Une analyse des pertes et du gaspillage alimentaires au Canada, aux États-Unis et dans d'autres pays développés révèle que la majorité des pertes et du gaspillage d'aliments surviennent dans les ménages et dans les secteurs de la vente au détail d'aliments et des services alimentaires.
  • Au Canada, six milliards de kilogrammes d'aliments ont été perdus ou gaspillés dans les ménages et dans le secteur de la vente au détail, ce qui représente 29,4 % des denrées alimentaires en 2010; de ce total, 20,3 % des pertes et du gaspillage proviennent des ménages et 9,1 % sont imputables au secteur de la vente au détail.

Importance du système pour l'économie canadienne

  • Le système agricole et agroalimentaire canadien (SAAC) est une chaîne d’approvisionnement complexe et intégrée qui comprend des fournisseurs d’intrants et de services, des producteurs primaires, des transformateurs d’aliments et de boissons, des détaillants et grossistes de produits  alimentaires et des fournisseurs de services de restauration. Les activités de cette chaîne d’approvisionnement entraînent d’importantes retombées économiques tant au niveau fédéral que provincial.
  • En 2013, le SAAC a généré des revenus de 106,9 milliards de dollars, soit 6,7 % du PIB du Canada. De ce total, 1,8 % était attribuable à l’industrie de  l’alimentation au détail et en gros, soit la part la plus importante parmi les industries du SAAC, suivie de l’industrie de la transformation des aliments, des boissons et du tabac (1,7 %). La contribution du système au PIB a augmenté chaque année depuis 2007, sauf durant la récession économique de 2009.
  • L’emploi a continué de croître dans la plupart des industries du SAAC. En 2013, le SAAC a fourni un emploi sur huit au Canada, employant plus de 2,2 millions de personnes. L’industrie des services alimentaires est l’employeur le plus important du système, comptant pour 5,3 % de tous les emplois canadiens.

Contexte mondial

  • La performance des sous-secteurs du système agricole et agroalimentaire dépend de leur capacité à soutenir à long terme la concurrence sur les marchés nationaux et internationaux.
  • En 2013, le Canada s’est classé au cinquième rang mondial parmi les plus grands exportateurs de produits agricoles et agroalimentaires, derrière l’UE, les États-Unis, le Brésil et la Chine. La valeur des ventes à l’exportation du Canada a augmenté de 5,5 % en 2013 pour atteindre 46 milliards de dollars, ce qui a permi au Canada de maintenir à 3,5 % sa part de la valeur totale des exportations de produits agricoles et agroalimentaires mondiales.
  • On estime qu’environ la moitié de la valeur de la production canadienne du secteur primaire de l’agriculture est exportée, sous forme de matières premières ou d’aliments et de boissons transformés.
  • Les États-Unis demeurent le principal marché d’exportation de produits agricoles et agroalimentaires du Canada, représentant 50,8 % de toutes les exportations canadiennes. Les exportations à destination de la Chine représentaient 11,2 % de toutes les exportations canadiennes de produits agricoles et agroalimentaires, et le Japon, l’UE et le Mexique représentaient ensemble 17 % du total.
  • Les exportations vers les États-Unis ont augmenté de 10,8 % en 2013 pour atteindre 23,4 milliards de dollars, alors que les exportations vers les marchés non américains ont augmenté de 6 % pour atteindre 22,7 milliards de dollars. Les exportations vers la Chine, qui avaient augmenté de 84 % en 2012, ont à nouveau progressé de 3,5 % en 2013.
  • Avec des ventes à l’importation totalisant 34,3 milliards de dollars en 2013 — une hausse de 6 % par rapport à l’année précédente — le Canada est demeuré le sixième importateur en importance au monde, représentant 2,9 % de la valeur totale des importations mondiales de produits agricoles et agroalimentaires. Les États-Unis représentaient 61,4 % de la valeur totale des importations canadiennes de produits agricoles et agroalimentaires.

Innovation

  • Les investissements publics dans la recherche et le développement (R et D) dans le secteur agricole et agroalimentaire représentent une source cruciale d’innovation et de croissance de la productivité. Ces dépenses, dont la plupart sont engagées par le gouvernement fédéral, devraient augmenter de 5,3 % et totaliser 643 millions de dollars en 2013-2014.
  • Les dépenses publiques en R et D à l’appui du secteur agricole et agroalimentaire, en pourcentage des recettes agricoles brutes, ont diminué au cours des cinq dernières années. Elles demeurent cependant supérieures à celles des États-Unis et de l’Australie.
  • Les dépenses consacrées par le secteur privé au secteur primaire de l’agriculture ont atteint 74,2 millions de dollars en 2013, en baisse par rapport au record de 102 millions de dollars enregistré en 2008.
  • Les dépenses réelles consacrées par le secteur privé à la R et D dans l’industrie de la transformation des aliments sont estimées à 130,3 millions de dollars en 2013, ce qui représente un déclin progressif depuis 2008, année où ces dépenses ont atteint un sommet de 179,4 millions de dollars.
  • Généralement, la proportion des établissements de transformation alimentaire qui déclarent avoir mis au point des produits ou des procédés innovants est inférieure à la moyenne pour l’ensemble des établissements du secteur manufacturier. De plus, ils investissent généralement moins dans le développement de nouveaux produits et procédés.
  • L’introduction de produits et de méthodes de transformation nouvelles ou améliorées est demeuré l’innovation la plus courante chez les fabricants de produits alimentaires entre 2009 et 2012.

Composantes du système agricole et agroaliementaire

En réponse aux défis, aux débouchés et aux conditions changeantes du marché, le système agricole et agroalimentaire continue de se transformer et de se restructurer.

Agriculture primaire

  • Les récoltes sans précédent et les prix élevés dans la première moitié de 2013 ont contribué à l’augmentation des recettes agricoles. Les recettes du bétail sont à la hausse depuis quatre années consécutives en raison du prix élevé des bovins. La hausse des prix du porc a entraîné une augmentation de 5,8 % des recettes en 2013.
  • Dans l’ensemble, la valeur des recettes du marché a augmenté de 155,4 %, entre 2003 et 2013. Les recettes du marché des céréales et des oléagineux ont plus que triplé durant cette période. Ces produits ont généré la plus grande part (40 %) des recettes agricoles en 2013. Le pourcentage des recettes agricoles liées à la viande rouge, qui était de 29 % en 2003, a chuté à 21 % en 2013.
  • Le rendement des exploitations agricoles, mesuré par le revenu net comptant et la valeur ajoutée nette, demeure excellent dans l’ensemble. Le revenu net comptant des fermes canadiennes était de 12,9  milliards de dollars en 2013 – 27,9 % de plus que la moyenne de 2008 à 2012. La valeur ajoutée nette en agriculture était de 16,2 milliards de dollars en 2012 – 30 % de plus que la moyenne de 2007 à 2011.
  • Les coûts d’exploitation des producteurs continuent d’augmenter; ces coûts ont grimpé de plus de 40 % entre 2003 et 2013. Les postes de dépenses qui ont le plus contribué à la hausse générale des dépenses durant cette période sont les semences commerciales (107 %), l’engrais et la chaux (90 %), le carburant à machinerie (80 %) et les travaux sur commande (74 %).
  • En ce qui concerne l’agriculture et l’environnement, l’agriculture est  responsable d’environ 8,4 % des émissions de gaz à effet de serre (GES) au Canada. Au cours des 20 dernières années les changements constatés dans le profil d’émissions de GES du secteur de l’agriculture au Canada révèlent que les émissions ont tendance à demeurer relativement stables, lorsque l’on tient compte de toutes les sources d’émissions. Il est prévu que l’intensité des émissions, mesure du volume de GES émis par unité d’activité économique du PIB, sera réduite de 30,6 % d’ici 2020.

Transformation des aliments et des boissons

  • L’industrie de la transformation des aliments et des boissons est la plus importante industrie manufacturière au Canada, laquelle représentait la plus grande part (16 %) du PIB total du secteur manufacturier en 2013. Elle était également responsable de la plus grande part (16,7 %) des emplois dans le secteur manufacturier.
  • L’industrie de la transformation des aliments et des boissons utilise des produits primaires et transformés comme intrants dans la fabrication de produits. Les produits agricoles primaires au Canada représentent 38 % de la valeur des intrants utilisés comme instrants de matières première.
  • L’industrie de la transformation d’aliments et de boissons continue de croître et la valeur des expéditions a plus que doublé entre 1992 et 2013 pour atteindre 98,8 milliards de dollars. L’industrie de la viande, des produits laitiers, des céréales et des oléagineux fournit plus de la moitié de la valeur totale des expéditions des transformateurs d’aliments.

Utilisateurs

  • Les Canadiens ont consacré 189,1 milliards de dollars aux aliments, aux boissons et aux produits du tabac en 2013. Ce poste budgétaire arrive au deuxième rang des dépenses des ménages, après le logement.
  • Les dépenses réelles consacrées aux aliments et aux boissons non alcoolisées ont augmenté de 2,1 % en 2013, ce qui s’explique en partie par une légère hausse du taux d’inflation des prix de détail des aliments.
  • La part des dépenses des ménages consacrées à l’achat d’aliments a diminué depuis 1997 au Canada. En 2012, les aliments représentaient 10,3 % des dépenses des ménages canadiens et 12,8 % des dépenses des ménages américains.

Aide gouvernementale à l'appui du secteur

  • Exprimée en dollars, l’aide gouvernementale (fédérale et provinciale) accordée au SAAC s’élève à environ 6,2 milliards de dollars en 2013-2014. Exprimée en proportion du PIB provenant de l’agriculture, l’aide gouvernementale représentait 31,2 % en 2013-2014. Elle était de 34,6 % au cours de l’exercice 2012-2013.
  • Les dépenses en recherche et en inspection, et les paiements de programme représentent la plus grande partie de l’aide gouvernementale au secteur agricole et agroalimentaire. Les paiements de programme ont continué de diminuer depuis l’année fiscale 2003-2004, alors que les dépenses en recherche et en inspection ont augmenté.

Demandez un exemplaire du rapport complet

Pour demander une copie de la publication complète, communiquez avec :

Service des publications du Ministère
Téléphone : 613-773-1444
Télécopieur : 613-773-1498
Courriel : publications@agr.gc.ca

  
Date de modification: