Quand la reproduction artificielle fait mieux que la reproduction naturelle : le cas du bison des bois

Pour planifier une entrevue

Relations avec les médias
Agriculture et Agroalimentaire Canada
1-866-345-7972
media.relations@agr.gc.ca

Il existe deux types de bison : le bison des plaines et le bison des bois. Presque disparus à cause d’une chasse excessive, les bisons des bois, en particulier, ont été désignés « espèce menacée » dans les années 1960, et accouplés à des bisons des plaines pour que leur nombre augmente. Malheureusement, le sperme de ces animaux de reproduction était porteur de maladies infectieuses – tuberculose mortelle et brucellose endémique (qui peut causer des avortements spontanés) – transmissibles aux humains.

À l’aide des technologies de reproduction assistée comme la cryoconservation, l’insémination artificielle et le transfert d’embryons, les chercheurs d’Agriculture et Agroalimentaire (AAC) et leurs homologues du Collège de médecine vétérinaire de l’Ouest (CMVO) à Saskatoon aident la population de bisons et l’industrie du bison elle-même.

Le docteur Gregg Adams du CMVO a trouvé une façon de « laver » les embryons à l’aide d’enzymes pour en retirer les agents pathogènes. Une fois lavés, les embryons ne seront plus porteurs de ces maladies, ce qui se traduira par la régénération d’une population de bisons des bois plus importante et en meilleure santé, et ce, plus rapidement qu’avec le transfert d’embryons. Ce genre de conservation génétique ne peut être fait de manière efficace uniquement par la nature.

Pour sa part, le docteur Muhammad Anzar, chercheur d’AAC, a mis au point une technique pour améliorer le matériel génétique du bison des bois : une façon « propre » de congeler son sperme.

La congélation du sperme est une méthode de conservation courante du matériel génétique des mâles dans un but d’insémination artificielle ou de transfert d’embryons. Traditionnellement, le sperme est congelé dans un milieu contenant des jaunes d’œufs ou du lait. Cependant, ces deux sources de protéines animales peuvent présenter des risques pour la biosécurité. C’est pourquoi le risque de transmission des maladies est le principal facteur limitant l’échange de matériel génétique du bison, puisque les pays souhaitant améliorer les qualités génétiques de leurs troupeaux ne veulent pas importer ces dangers possibles pour la biosécurité.

Le laboratoire du Dr Anzar a mis au point une technique propre avec laquelle les composants des jaunes d’œufs ou du lait ont été complètement exclus du milieu utilisé pour la congélation du sperme, ce qui facilite l’échange du matériel génétique diversifié du bison des bois. Bien qu’elle ne soit actuellement appliquée que pour la conservation du sperme de bison et de taureau, cette nouvelle technique pourrait être appliquée ailleurs, et ainsi améliorer l’échange international de matériel génétique dans de nombreux domaines.

« À l’heure actuelle, la conservation du matériel génétique exempte d’organismes pathogènes pour le bison des bois est le principal obstacle à l’augmentation du nombre de bisons des bois. La conservation des espèces de bison et l’échange de matériel génétique à l’intérieur du pays et entre les pays profiteront un jour à l’industrie du bison en pleine croissance. » [Traduction]

- Docteur Muhammad Anzar, chercheur scientifique (cryobiologie), Agriculture et Agroalimentaire Canada

La qualité génétique du bison des bois continuera à s’améliorer grâce aux travaux en cours du partenariat AAC-CMVO, au ministère de l’Agriculture (gouvernement de la Saskatchewan) et à la Saskatchewan Bison Association, ainsi qu’à l’empressement des producteurs de bisons privés à continuer à donner leur appui.

Principales découvertes

  • Le matériel génétique du bison des bois est amélioré grâce aux technologies de reproduction assistée et à la sélection génétique.
  • Les embryons du bison des bois sont lavés avec une enzyme visant à retirer les agents pathogènes potentiellement mortels avant d’être transférés dans l’utérus de la mère substitut.
  • AAC a mis au point une méthode de cryoconservation du sperme de bison dans un milieu ne contenant pas de protéines animales, ce qui améliore la biosécurité et favorise l’échange international de matériel génétique.

Galerie de photos

La description de cette image suit.
Le Dr Anzar inspecte des pailles de sperme de bison.
La description de cette image suit.
Le sperme de bison est conservé dans un milieu pour la congélation sans jaunes d’œufs (gauche) et avec des jaunes d’œufs (droite).
La description de cette image suit.
Premiers bisonneaux nés par suite d’une insémination artificielle faite avec du sperme congelé.

Renseignements connexes

Date de modification :